Dale Strickler – Pâturage tournant et utilisation de graminées estivales à fort potentiel

Dale Strickler est un double actif,  il est plein temps commercial de semences de couverts et  gère en parallèle un troupeau de Black Angus dans le nord du Kansas. Ses 60 vaches sont déplacées au quotidien et toute l’année sur de nouveaux paddocks sur les 150 acres (60ha) de pâtures  et de couverts végétaux. Tous les veaux sont vendus après le sevrage. Il estime à 15-20 minutes de travail par jour. Éventuellement, le week-end il travaille plus lorsqu’il doit semer les couverts ou dérouler du foin.

Dale a limité ses investissements. Sur ses terres il a investi dans des clôtures électrifiées, un tracteur, un semoir direct et un pulvérisateur (reconditionné après une récupération en décharge).  Les animaux sont dehors toute l’année, il n’a pas de bâtiments pour son troupeau.

C’est un système  très limité en investissement mais très intense en gestion.

1
Le troupeau dans un prairie d’automne/printemps composée de brômes, fétuques, trèfles etc…

 

 

Gama Grass

Dale est passionné par une de ses graminées estivales : Eastern Gama grass  (Tripsacum dactyloides). Cette plante est une graminée estivale, originaire des États-Unis. C’est une graminée estivale pérenne en C4.

Dans ses parcelles, l’agriculteur espère des productions de biomasse d’environ  16 000lbs MS/acre (16T MS/ha). Comme toute graminée estivale en C4, la plante possède une grande quantité d’énergie  et de fibre dans ses feuilles. Il y a environ 12-14% de protéines.

En mélange prairial, l’agriculteur espère des GMQ qui peuvent atteindre les 3lbs/jour/tête soit 1,5kg de viande/jour/tête. La Gamma Grass est mélangée  avec différents trèfles (T incarnat, T blanc, T Landino etc..),  de la luzerne, de la chicorée et un peu de plantain à certains endroits.

Le système racinaire de cette graminée estivale est très intéressant. Dans les zones compactées et anaérobiques la plante réussit à se développer. En effet, par le biais de canaux spécifiques les racines apportent elles même l’oxygène nécessaire au développement de la racine.  Dans ses parcelles Dale avait beaucoup de semelles de travail du sol, aujourd’hui il a des systèmes racinaires très denses jusqu’à 3 m de profondeur. La nappe d’eau est à ce niveau.
C’est une plante qui reste verte tout l’été, elle est très tolérante aux sécheresses.  Lors de l’installation de ce type de mélange, il avait installé un système d’irrigation souterrain. Il ne la cependant jamais utilisé, même lors des grands épisodes de sécheresse.

2
La graminée Eastern Gama Grass et son système racinaire très dense

 

 

Cette plante fait essentiellement sa production de biomasse en mai, juin, juillet.

Concernant le type de pâturage, Dale aime faire pâturer seulement le premier tiers de la plante, pour prendre seulement la qualité et laisser assez de réserve pour qu’elle puisse repartir. L’énergie pour la repousse est située dans le dernier tiers de la plante, donc il faut faire attention à ne pas la sur-pâturer.

Dans les mélanges ou les légumineuses sont présentes, il ne fait pas d’apports de fertilisants.

L’installation de cette graminée prend une année. A l’automne il sème la graminée dans un mélange avec des graminées annuelles d’hiver (seigle, triticale, orge..).  Le gel ou les températures froides sur des périodes prolongées sont nécessaires pour réveiller la dormance des graines. Au printemps, lorsque que la Gama grass fait ses premières feuilles, il fauche le couvert. Puis sème un maïs en direct pour récolter le grain. La prairie s’installe lentement à l’ombre du maïs.

La plante met du temps à s’installer et tolère bien l’ombre. La production de maïs en même temps permet d’avoir un revenu la première année d’installation.

Le coût de la semence est supérieure à 100$/acre (>200€/ha)

3
Les graminées pérennes (Eastern Gama Grass) font 60 cm de haut sur la photo. Les légumineuses et la chicorée viennent compléter ce mélange riche.

 

 

Couverts pâturés

Les bovins ont accès à des couverts  végétaux d’interculture pour leur alimentation.

Pour l’automne, l’éleveur loue 20$/acre (40$/ha) des terres de son voisin qui y fait pousser du maïs ou soja. Après la moisson, Dale sème un couvert de graminées annuelles qu’il pâturera une à deux reprises à l’automne et une à deux fois au printemps.

Le pâturage d’automne de couverts  (Octobre à Décembre) lui permet de faire  en parallèle des stocks sur pieds d’herbe sur les prairies de plantes pérennes d’hiver (fétuques, brôme, trèfles etc…).  Ce stock sur pied sera pâturé à partir du mois de janvier.

Dans le pâturage de couverts de seigle l’énergie est un élément manquant.  La quantité trop importante de protéine ne permet pas d’équilibrer la ration. Pour pallier à ce manque Dale rajoute de ray grass annuel.  En effet c’est la graminée annuelle qui a la plus grande quantité de sucres dans ses tissus. Le pâturage des couverts est alors plus bénéfique pour les bovins.

Dans certaines parcelles qu’il possède, il utilise uniquement des couverts d’annuelles.  Dans les parcelles avec seulement des couverts d’annuelles il fait 6 rotations/an ( 2 rotations au printemps, 2 rotations l’été, 2 rotations l’automne). Dans les  parcelles avec des prairies permanentes il ne fait que 4 rotations.

En hiver, il fait le mélange Seigle+ Ray Grass annuel. Ce couvert est détruit au glyphosate puis semé en direct avec une graminée estivale annuelle qui sera aussi pâturée. Il sème au semoir à céréale soit du sorgho sudan, soit un mélange de Crab Grass + Maïs population BMR.
Le maïs population est choisi car il coûte moins cher en semence. Le gène BMR permet d’avoir un maïs  avec moins de fibre donc plus facilement digestible pour le bovin. La Crab Grass est une graminée annuelle utilisée pour combler les trous et récolter toute la lumière disponible. Elle a un plus de protéine dans ses feuilles. Le sorgho et le maïs sont des plantes avec beaucoup d’énergie et de fibre dans les feuilles.
Un apport d’azote est fait dès que nécessaire après le semis du maïs. Il n’utilise pas de fertilisants starter. Ce mélange est pâturé dès que le maïs commence à fleurir.

Le maïs ou le sorgho sont pâturés un jour sur deux alternés avec de la luzerne.

4
Le maïs population BMR associé avec la graminée “Crab Grass” semés dans un couvert de seigle + ray gras annuel détruit au glyphosate avant semis

L’hiver

Même si l’agriculteur est double actif, il déplace tout de même au quotidien ses bovins sur de nouveaux paddocks. Les années précédentes il a été capable de pâturer plus de 330 jours/an.
Cependant, il réutilise de plus en plus de foin. En effet, l’agriculteur utilise le foin comme un outil de gestion de croissance de l’herbe et de fertilité des parcelles.

Il utilise du foin pour gérer les périodes de transition d’automne et d’été. Ceci permet à  certains paddocks d’avoir de plus longues périodes de repos, et ainsi d’avoir de meilleures biomasses aériennes et racinaires.
Le foin est aussi utilisé comme un fertilisant. En déroulant la balle dans des paddocks pauvres il rajoute du carbone au système sol et répartit au mieux les déjections des bovins, tout en limitant le tassement du sol.  Dans ces périodes il continue de bouger ses animaux au quotidien, sur de nouvelles balles. Comme il a un autre travail à plein temps, il déroule le foin le samedi pour toute la semaine suivante.
L’agriculteur achète tout son foin à un autre agriculteur aux alentours de 30€ la balle de 500kg environ.

Dans son système le foin n’est donc pas une alimentation majeure pour l’hiver, mais plus un outil de réglage de rotation. L’agriculteur qualifie le foin comme « un outil de gestion ».

Conclusion

Dale Strickler déplace ses bovins sur de nouveaux paddocks au quotidien, toute l’année même si il a un autre travail à plein temps.
La diversification des sources de pâturage est nécessaire pour pouvoir pâturer toute l’année. Il a ajouté différents types de pâtures à sa source principale de prairies permanentes d’automne/printemps. En effet, il a ajouté des parcelles basées sur des graminées pérennes estivales en C4  comme Eastern Gama Grass ou des plantes annuelles comme le maïs population BMR ou le sorgho sudan.

Dale a construit un système qui permet d’utiliser différentes ressources fourragères de qualité toute l’année. La gestion et l’anticipation de la pousse des fourrages est la clef de la réussite dans ce système.

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s